La honte, d'Annie ERNAUX

Publié le par Le Monde de Sylvie

La honte, d'Annie ERNAUX

RESUME

J'ai toujours eu envie d'écrire des livres dont il me soit ensuite impossible de parler, qui rendent le regard d'autrui insoutenable. Mais quelle honte pourrait m'apporter l'écriture d'un livre qui soit à la hauteur de ce que j'ai éprouvé dans ma douzième année.

 

Mon Avis

Un roman très court d’une auteure dont je n’avais pas du tout entendu parler. L’histoire relate un événement personnel qui a déclenché un tel sentiment de honte que l’auteure (puisque c’est autobiographique) a mis des années avant de pouvoir coucher sur papier cet épisode de vie.

Elève brillante d’une école privée, éduquée dans le respect des principes et des règles de la religion… Fille de commerçants discrets, toujours lisses qui mettent un point d’honneur à ne rien laisser transparaître… Une vie monotone, sans relief et voilà qu’un dimanche de juin, la petite fille se retrouve confrontée à un événement qui la place elle et ses parents hors du cadre de la bienséance et de la bien-pensanse.

J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire, car tout est mélangé, le récit est un peu confus. A l’image de la vie de cette famille, le récit est plutôt monotone, voire ennuyeux surtout dans sa première partie. Le style d’écriture est assez déstabilisant, je l’ai trouvé saccadé (par de nombreuses parenthèses qui hachent le récit entre autres) et parfois confus. Sans doute est-ce lié à l’utilisation du « je » et parfois du « elle »… Dans certains passages, l’auteure se dissocie de son vécu par une narration détachée, à d’autres moments, elle se réapproprie par le « je » cet événement qui a fait d’elle une enfant perdue et remplie de culpabilité. Au final, une intéressante découverte mais dépourvue d’émotion, et c’est sans doute ce détachement qui m’aura perturbé…

 

Publié dans Déceptions

Commenter cet article