Le livre des Baltimore, de Joël DICKER

Publié le par Le Monde de Sylvie

Le livre des Baltimore, de Joël DICKER

RESUME

Marcus Goldman s'attelle à son roman suivant. Il quitte pour cela New York et son hiver glacé pour la touffeur tropicale de Boca Raton en Floride. C'est là qu'il décide d'écrire sur sa propre famille. Marcus vient des Goldman de Montclair : classe moyenne, maison banale à Montclair, petite ville dans la banlieue de New York. Marcus a grandi dans la fascination pour l'autre branche de la famille, les Goldman de Baltimore, qui habitent une grande demeure somptueuse dans la banlieue riche de la ville. Il y aura de la joie, mais aussi des trahisons, des coups de théâtre, des impasses.

Le livre des Baltimore, de Joël DICKER

Mon Avis

La barre était bien haute placée avec « La vérité sur l’affaire Harry Quévert » ! Nul doute que le syndrome de la page blanche a dû guetter l’auteur après un tel succès (tiens, ça me rappelle un truc !) car il était attendu au tournant Joël Dicker pour ce nouveau roman…

Qu’en dire alors de ce livre ?

Mon avis est très mitigé car l’auteur est très habile à appâter son lecteur et à lui faire tourner les pages ; pourtant, la naïveté du récit et le remplissage à coup de redites et le manque de profondeur parfois ont beaucoup nui à la qualité du roman.

Le récit nous offre une saga familiale dans le milieu aisé de la côte Est des Etats-Unis. Des personnages plutôt bien campés (même s’ils sont parfois proches de la caricature !) et qui ne laissent pas indifférents puisque l’auteur parvient à bien doser les informations et à laisser planer le petit »juste-ce-qu’il-faut » de mystère qui nous pousse à aller plus loin dans la lecture.

Le livre des Baltimore, de Joël DICKER

On retrouve donc Marcus Goldman, l’écrivain de l’affaire Harry Québert, qui revient nous raconter son histoire familiale. Très rapidement, j’ai bien senti que l’engouement d’Harry Québert ne serait pas de mise cette fois car les situations et différents personnages mis en scène ont très vite commencé à me titiller… pas mal de clichés sont apparus, des anecdotes poussives, un manque de subtilité, bref une accumulation d’imperfections dérangeantes certes, mais le côté saga, secrets de familles, argent qui coule à flot d’un côté et oubliés de l’autre, m’ont quand même accrochée, suffisamment pour ne jamais avoir eu envie de lâcher ce bouquin ! Curieux non ?

« Pourquoi j'écris ? Parce que les livres sont plus forts que la vie. Ils en sont la plus belle des revanches. Ils sont les témoins de l'inviolable muraille de notre esprit, de l'imprenable forteresse de notre mémoire. »

C’est sans doute l’art de manier le romanesque de Joël Dicker, qui fait de ce livre un vrai page-turner… entre l’amitié fraternelle trop belle pour durer, les mensonges, les jalousies, les trahisons, les vengeances, les histoires d’amour, les belles villas, les Hamptons, Boca Raton etc. il y a quand même tous les ingrédients pour une agréable lecture, sans prise de tête et sans cauchemard… et n’est-ce pas là justement le rôle premier du livre, que d’offrir du plaisir ?

Une lecture divertissante au final, mais qui ne marquera pas autant les esprits qu’Harry Québert. On ne peut pas faire mouche à tous les coups !

« Les souvenirs c'est dans la tête. Le reste n'est que de l'encombrement. »

Commenter cet article

Emma 21/06/2017 23:17

Je pense que je vais passer mon tour. J'avais aussi beaucoup aimé La vérité sur l'affaire Harry Quebert.