Au revoir, Là-Haut, de Pierre LEMAITRE

Publié le par Le Monde de Sylvie

RESUME

AU revoir« Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d’avantages, même après. »

Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts…

Fresque d’une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d’évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l’après-guerre de 14, de l’illusion de l’armistice, de l’État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l’abomination érigée en vertu.

Dans l’atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.


Mon Avis

Dès sa sortie et les quelques émissions où Pierre Lemaître est venu présenter son roman, ce livre et tout particulièrement son thème, m'avaient tapé dans l'œil. Alors quand la récompense du Goncourt lui a été attribuée, je n'ai pas hésité, je suis allée me l'acheter. Et pourtant, j'ai pas mal d'aprioris sur les Goncourt...

Je n'irai pas par quatre chemins pour dire que ce roman est une très grande réussite. Tout est époustouflant dans cette œuvre : l'écriture est magnifique, dure mais efficace. L'histoire est passionnante, à la fois romanesque et rocambolesque.

Tout commence par une scène de combat ultime à la vieille de l'armistice. J'avoue ne pas être trop fan de ce genre de scène, mais là, quel talent. On s'y projette totalement, c'est parfois pénible tant la cruauté est extrême, mais tout à fait réaliste et incroyablement bien écrit. De cette terrible bataille, va naître une amitié très atypique, marquée par les blessures tant physiques que psychologiques. Naîtra également une mystification et une grande imposture qui vont très largement alimenter cette histoire.

L'issue de la guerre marque le début de ce récit sur l'absurdité de la guerre. Un récit où la lassitude, la solitude et la résignation seront pendant de longs mois, voire pour toujours, le lot quotidien de ces soldats laissés pour compte. L'état se montrera totalement désorganisé et incompétent pour ramener ses soldats à la vie normale. Son comportement sera totalement indigne d'un état... Les soldats seront rendus à la vie civile sans même de quoi se vêtir et avec un pécule ridicule. C'est la grande désillusion pour ces hommes, une immense perte de confiance dans les institutions. Alors que survivre à la guerre était leur objectif ultime, désormais, il s'agit de survivre tout court, en dépit d'insurmontables séquelles. Ce que l'état est incapable de faire, c'est l'amitié entre les deux héros qui tentera d'y parvenir...

Mais certains soldats s'en sortiront beaucoup mieux qu'Albert et Edouard. Ce sera le cas de Pradelle, homme parfaitement méprisable, que l'on hait chaque page un peu plus. Il est un personnage littéraire absolument jubilatoire, une énorme concentration des pires défauts imaginables...

Le point commun de ses hommes, c'est qu'ils vont tous se tourner vers l'escroquerie pour refaire surface. Albert et Edouard, le feront pour se sortir de leurs galères quotidiennes et trouver un peu d'espoir dans l'avenir. Pradelle le fera pour l'appât du gain, par ambition démesurée et opportunisme.

Par leurs arnaques respectives, nos trois personnages nous amènent à réfléchir sur le patriotisme, la loyauté et la trahison. Le récit de Pierre Lemaître est marqué par un grand cynisme, mais il a su y apporter une touche d'humour formidable. Le moment où Pradelle se fait régler ses comptes par tout le monde est une pure merveille. Vraiment, j'ai été séduite par la qualité du texte, par la précision des mots et par la variété de tons. Je ne résiste pas à vous laisser quelques citations pour illustrer cela. Alors celles et ceux qui hésitent encore, et notamment par qu'il a obtenu le Goncourt, n'ayez plus d'hésitation, ce roman est une pépite qui nous en apprend beaucoup sur cette funeste période.

 


"Ceux qui pensaient que cette guerre finirait bientôt étaient tous morts depuis longtemps".

 

"A la manière de ces hommes qui étaient restés courbés pendant quatre ans sous la mitraille et qui, au sens propre du terme, ne s'en relèveraient plus et marcheraient ainsi leur existence entière avec ce poids invisible sur les épaules, Albert sentait que quelque chose, il en était certain, ne reviendrait jamais : la sérénité."


"En le tenant contre lui, Albert se dit que pendant toute la guerre, comme tout le monde, Edouard n'a pensé qu'à survivre, et à présent que la guerre est terminée et qu'il est vivant, voilà qu'il ne pense plus qu'à disparaître. Si même les survivants n'ont plus d'autre ambition que de mourir, quel gâchis..."


 

"Il ne leur prêta pas plus de crédit qu’à la propagande du début qui soutenait, par exemple, que les balles boches étaient tellement molles qu’elles s’écrasaient comme des poires blettes sur les uniformes, faisant hurler de rire les régiments français. En quatre ans, Albert en avait vu un paquet, des types morts de rire en recevant une balle allemande."

Publié dans J'ai adoré !!!

Commenter cet article

Malika 20/11/2013 19:31

Je n'ai pas encore lu un avis défavorable à ce roman, il m'attend sagement sur ma PAL, je l'attaque avant les fêtes !!!!

Le Monde de Sylvie 21/11/2013 06:21



J'en ai vu un quand même chez "La fleur des
mots" mais j"avoue que c'est le seul pour le moment. Je pense que tu passeras un très bon moment. A bientôt !



sous les galets 18/11/2013 16:24

J'ai vraiment hâte de le lire...et vu qu'on m'offre le Goncourt à chaque Noël, ça ne saurait tarder. Ton enthousiasme fait plaisir

Le Monde de Sylvie 18/11/2013 18:41



Et bien cette année, tu auras un très beau cadeau de Noël !! Bonne semaine à toi !



Emma 18/11/2013 07:00

A voir, je vais peut être attendre car on n'a pas fini de le voir sur les blogs celui-là...

Le Monde de Sylvie 18/11/2013 13:28



C'est sûr qu'on en parle beaucoup, mais c'est amplement justifié ! Bonne semaine !



clairette 17/11/2013 22:53

merci de ton avis ! on verra si je suis courageuse !
bonne semaine, clairette

Le Monde de Sylvie 18/11/2013 13:27



Une fois lancée dans cette lecture, on ne le lâche plus... Bonne semaine !