Des noeuds d'Acier, Sandrine COLLETTE

Publié le par Le Monde de Sylvie

RESUME

01-P-Des noeuds d'acierAvril 2001. Dans la cave d'une ferme miteuse, au creux d'une vallée isolée couverte d'une forêt dense, un homme est enchaîné. Théo, quarante ans, a été capturé par deux frères, deux vieillards qui ont fait de lui leur esclave. Comment a-t-il basculé dans cet univers au bord de la démence ? Il n'a pourtant rien d'une proie facile : athlétique et brutal, Théo sortait de prison quand ces vieux fous l'ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d'autres. Alors, allongé contre les pierres suintantes de la cave, battu, privé d'eau et de nourriture, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d'échapper à ses geôliers.

 

Mon Avis

Impatiente de le lire, je l'étais, impatiente de le terminer, je l'ai été aussi. Ce fut une lecture assez difficile, pourtant, impossible de s'arrêter car on est irrésistiblement attiré vers le dénouement de cette sordide histoire d’esclavage. Beaucoup de qualificatifs me viennent à l’esprit pour parler de ce livre : cruel, sadique, dégénéré, violent, cauchemardesque… ou pour faire plus court, bienvenue en enfer !

A celles et ceux qui ont du mal avec les thrillers « basiques », passez votre chemin, vous ne verrez absolument aucun intérêt à lire ce type de livre. Je suis plutôt rodée à l’exercice mais j’ai quand même vécu cette lecture comme une épreuve. Heureusement, ce n’est pas un pavé - juste 250 pages, mais c’est largement suffisant !

Pourtant, je dois reconnaître que Sandrine Collette est plutôt maline et talentueuse car elle réussit parfaitement à distiller ses petites touches qui nous plongent dans l’attente d’événements toujours plus sensationnels. Son style est simple mais rudement efficace car il est brut et direct. Elle suggère, insuffle, excite la curiosité, pour finalement asséner les coups, toujours avec détachement et pragmatisme. Elle a su également brosser le portrait de personnages malheureusement crédibles, inhumains pour certains, déshumanisés pour d’autres, des personnages sans doute inspirés par les nombreuses abominations que l’on retrouve dans les faits divers et dans ces fameuses émissions racoleuses autour des ces mêmes faits divers. Le récit est horriblement réaliste, c’est bien ce qui fait sa force… Mais l’auteure ne fait pas dans la surenchère, jamais elle n’est dans l’excès ce qui donne justement de la vraisemblance à cette histoire. Cela reste néanmoins violent (physiquement et psychologiquement), donc comme on le dit souvent

 

A bon entendeur, vous êtes prévenus !

Publié dans J'ai beaucoup aimé

Commenter cet article

POINSU 01/03/2014 13:49

Je l'ai lu pour ma part dans le train et c'est une lecture marquante qui est également dérangeante. Il s'adresse à un public averti !

Le Monde de Sylvie 01/03/2014 19:38



C'est sûr, il vaut mieux être prévenu...



florence 13/02/2014 09:06

Oh là là... ce livre n'est vraiment pas pour moi !!! As-tu vu que chez Martine, je lui ai proposé de faire voyager un livre "les amours d'Emma" de Yveline GIMBERT. Je ne sais pas si tu serai
intéressée. Bises

Le Monde de Sylvie 13/02/2014 19:36



Non, je n'avais pas vu mais bien sûr que ça m'intéresse... Je vais aller faire un petit tour chez Martine pour m'y inscrire... Bises



Emma 13/02/2014 07:11

Je passe mon chemin pour celui-ci, pas du tout tentée.

Le Monde de Sylvie 13/02/2014 19:27



Je comprends !! Bises