Le Dernier Frère, de Nathacha APPANAH

Publié le par Le Monde de Sylvie

RESUME

Le dernier frèreLorsque David lui apparaît en rêve, Raj se retrouve projeté dans son enfance: les champs de canne, un père à la violence prévisible, la tendresse maternelle, les jeux près de la rivière avec ses frères, le soleil brûlant, les pluies diluviennes. Un bonheur précaire balayé par un cyclone, et l'installation de la famille près de la prison où vivent de mystérieux réfugiés.

Le 26 décembre 1940, l'Atlantic a accosté à Port-Louis avec, à bord, quelque 1500 Juifs, refoulés de Palestine et déportés à l'île Maurice, alors colonie britannique. À cette époque Raj ignore tout du monde et des tragédies qui s'y déroulent.

Au soir de sa vie, il est rattrapé par le souvenir de ces événements qui l'ont marqué au fer rouge. Et par la honte d'être un homme.

 

 

Mon Avis

Le début de cette lecture m’a tout de suite plongée dans un bain d’émotions multiples. C’est l’histoire de Raj, un homme vieillissant, rongé par le passé et la culpabilité de faits dont il n’est pourtant pas responsable… Bien qu’à l’aube de sa vie, il va relater son histoire en exprimant les sensations de l’enfant qu’il était alors. Et c’est là toute la magie de ce livre, qui nous retrace le destin d’un homme à travers le regard d’un enfant…

Deuxième enfant d’une fratrie de 3, et conscient de n’avoir jamais été le plus fort, le plus débrouillard, il a grandi dans le remord d’avoir perdu accidentellement ses deux frères, ceux dans lesquels ses parents avaient sans doute placé plus d’espoir. Coupable dans sa tête d’avoir survécu à cette tragédie, il va faire l’apprentissage de la vie en s’isolant dans son petit monde, à la recherche d’une compagnie fraternelle perdue. Jusqu’au jour où, il découvre David, un petit juif de 10 ans, orphelin, déraciné et emprisonné… Il fera tout pour attirer l’attention de David et nouer des liens d’amitié, qu’il souhaiterait même fraternels.

Le texte oscille entre les durs moments qui n’épargnent pas ces deux enfants et les moments de joie et de plénitude qu’ils parviennent à se créer… cela nous prend aux tripes et l’émotion nous submerge. L’auteure nous fait passer des rires aux pleurs, de la cruauté à la tendresse avec des mots justes et vrais, sans effet de patho, sans complaisance, avec juste ce qu’il faut pour stimuler l’imagination du lecteur et atteindre les recoins de l’esprit.

En plus d’être superbement écrit, avec notamment un rythme calqué sur l’intensité des événements, l’auteure nous fait faire un très beau voyage exotique : entre la luxuriance d’un paradis terrestre et la fragilité d’une terre qui subit les assauts de la nature, les descriptions sont belles et terribles à la fois.

 

Dernière facette enrichissante de ce récit, le contexte historique… L’emprisonnement de ces juifs errants pendant 5 années sur cette île est un événement que j’ignorais parfaitement. C’est une fois de plus l’occasion de constater à quel point nous en avons à apprendre encore sur la persécution du peuple juif pendant la seconde guerre mondiale. C’est un véritable hommage qui est rendu à ces femmes, à ces hommes et à ces enfants, et c’est d’une importance cruciale pour les générations passées, présentes et à venir… 

Publié dans J'ai beaucoup aimé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Annie 23/01/2014 18:34

Joli papier. On sent que tu as aimé. Je note ...

Le Monde de Sylvie 23/01/2014 21:23



Merci, oui c'est une lecture qui vaut vraiment qu'on s'y arrête. Bises.



florence 23/01/2014 16:58

Tu m'as vraiment donné envie de le lire ce livre(super ta critique). Je vais surveiller sa sortie en poche. (quand est-il sorti en grand format ?) Bises

Le Monde de Sylvie 23/01/2014 21:22



Apparemment, la sortie date de 2007, donc pas sûre qu'il sorte en poche... Vois si ta bibliothèque communale ne le possède pas ; moi c'est là que je l'ai emprunté... Vraiment, une belle
découverte ! Bises