Où on va Papa ? de Jean-Louis FOURNIER

Publié le par Le Monde de Sylvie

RESUME

Où on va papaJusqu'à ce jour, je n'ai jamais parlé de mes deux garçons. [...] Aujourd'hui que le temps presse, que la fin du monde est proche et que je suis de plus en plus biodégradable, j'ai décidé de leur écrire un livre. Pour qu'on ne les oublie pas, qu'il ne reste pas d'eux seulement une photo sur une carte d'invalidité. [...] Grâce à eux, j'ai eu des avantages sur les parents d'enfants normaux.

Je n'ai pas eu de soucis avec leurs études ni leur orientation professionnelle.

Nous n'avons pas eu à hésiter entre filière scientifique et filière littéraire.

Pas eu à nous inquiéter de savoir ce qu'ils feraient plus tard, on a su rapidement que ce serait : rien. J'espère quand même que, mises bout à bout, toutes leurs petites joies auront rendu le séjour supportable.

 

Mon Avis

Avec la quatrième de couverture, le ton est donné, l’auteur se positionne dans le registre de l’impertinence et de l’autodérision pour aborder un sujet ultra sensible : avoir un enfant handicapé... Fallait oser utiliser un humour aussi décapant, j’avoue avoir été surprise et parfois choquée, mais pas dans le mauvais sens. Car à l’humour noir du récit, se mêle une grande émotion et tout l’amour éprouvé par ce papa, si démuni face au destin qui s’acharne, et qui comme tout à chacun, n’était pas préparé à ces coups du sort. Car devenir parent, c’est devenir responsable, or pour l’auteur, ce fut devenir coupable comme le montre cette terrible phrase « Quand je pense que je suis l'auteur de ses jours, des jours terribles qu'il a passés sur Terre, que c'est moi qui l'ai fait venir, j'ai envie de lui demander pardon. ».

En racontant les anecdotes de leur quotidien, l’auteur nous fait basculer du rire et larmes avec des mots incroyablement justes et percutants ; au risque de heurter parfois, mais au diable les âmes bien-pensantes, Jean-Louis Fournier se donne le droit d’en rire puisque qu’il s’agit de sa propre histoire.

Il fallait je pense beaucoup de courage pour raconter ce parcourt et aussi confier ses propres manquements. Je recommande vraiment sa lecture car il ne peut que décomplexer et encourager les uns, et éclairer les autres…

 

 

Publié dans J'ai beaucoup aimé

Commenter cet article

florence 30/08/2013 17:04

Comme toi, je viens de reprendre le travail. Dur, dur ! Je vais m'empresser de lire tes derniers billets pour voir ce que tu auras lu pendant des vacances et ce que tu auras aimé ou non. Comme
promis, je t'ai envoyé aujourd'hui même le livre voyageur "FUGUE" par colissimo. Pendant mes vacances, j'ai dévoré "en vieillissant les hommes pleurent". Quelle histoire pathétique. et je suis à
fond dans "l'île des oubliés" (j'ai du mal à le lâcher !)

Le Monde de Sylvie 01/09/2013 09:40



Salut Florence ! Je n'ai pas encore repris, ce sera mardi pour moi... j'ai donc profité de ma dernière semaine à la maison pour faire mes billets mais je n'ai pas encore fini ! Merci pour
"Fugue", je te tiens auc ourant de la réception. Bises



Malika 30/08/2013 11:01

J'ai aimé ce livre pour le témoignage mais beaucoup moins pour les qualités littéraires, ca reste néanmoins un roman touchant.

Le Monde de Sylvie 30/08/2013 12:57



J'avoue ne pas m'être attardée trop sur le style tellement le sujet m'a envahit... J'ai trouvé ce témoignage très fort et très marquant.