La servante écarlate, de Margaret ATWOOD

Publié le par Le Monde de Sylvie

La servante écarlate, de Margaret ATWOOD
RESUME

Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté

La servante écarlate, de Margaret ATWOOD
Mon Avis

Depuis plusieurs semaines, je voyais ce joli poche à la couverture rouge écarlate me faire de l’œil et en lisant la 4ème de couverture (car j’avoue n’avoir jamais entendu parler de ce roman auparavant), je me suis laisser tenter. Bien m’en a fait, j’ai beaucoup aimé cette lecture qui interroge et inquiète sur l’évolution des sociétés actuelles.
C’est ce que l’on appelle un roman d’anticipation et plus précisément une dystopie. Pourtant, tout au long de cette lecture, je n’ai cessé de me dire que la réalité avait déjà pris le pas. De multiples exemples viennent étayer la triste réalité dont s’est forcément inspirée l’auteure… 
A travers le monologue de Defred (son nouveau nom depuis que la république des Gilead a pris le pouvoir), le lecteur est plongé dans un univers très codifié, rigide, pesant et surtout hyper contrôlé. 
Naviguant entre les souvenirs du temps d’avant et le présent, les pensées de Defred nous relatent les conditions qui ont causé la perte de la société américaine : surconsommation, surexploitation, perversion des mœurs, pouvoir croissant de la pensée religieuse… rien de tel pour basculer vers un régime dictatorial basé sur le fondamentalisme religieux. 

La servante écarlate, de Margaret ATWOOD

A travers son quotidien, elle met évidement en exergue la condition d’esclave réservée aux femmes (et pas qu’aux servantes écarlates) mais aussi au genre humain en général à qui le régime interdit toute forme d’amour.

Mais j'ai tort, personne ne meurt d'être privé de rapports sexuels. C'est du manque d'amour que nous mourons.

Defred souligne également à quel point la liberté est fragile et combien la dérive religieuse est vite atteinte. La question de l’éducation est un enjeu majeur puisque l’on peut déséduquer aussi vite que l’on peut éduquer… contrôle de l’information, annihilation de toute forme de culture mais aussi négligence et passivité vis-à-vis de l’environnement. A ce titre, le récit est fondamentalement anticipatif.
Defred fait partie de la caste des servantes écarlates, celle des femmes fertiles dont le rôle est exclusivement de procréer. Elles ne sont que des « ventres » asservis par des croyances et rituels religieux menant à une société extrémiste et totalitaire.

Pour celles qui viendront après vous, ce sera plus facile. Elles accepteront leurs devoirs de bon cœur.
Elle ne disait pas : parce qu'elles n'auront pas de souvenirs, de quoique ce soit d'autre.
Elle disait : parce qu'elles ne désireront pas ce qu'elles ne peuvent pas avoir.

Ces servantes sont particulièrement surveillées, quiconque déroge à s’exprimer ou avoir contact avec l’extérieur s’expose à la sanction fatale…

La servante écarlate, de Margaret ATWOOD

Un récit vraiment fort et interpelant qui nous rappellent que certaines sociétés sont véritablement sur le fil du rasoir et s’approchent inexorablement du point de bascule…

Nous vivions, comme d'habitude, en ignorant. Ignorer n'est pas la même chose que l'ignorance, il faut se donner de la peine pour y arriver.

Une fin qui laisse courir l’imagination et offre de belles perspectives de scénarii. Une série est d’ailleurs sortie « The Handmaid‘s Tale » l’année dernière. A découvrir donc, le livre puis la série !

 

La servante écarlate, de Margaret ATWOOD

Publié dans J'ai beaucoup aimé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article