Paz, de Caryl FEREY

Publié le par Livres Emois Livres et Vous

Paz, de Caryl FEREY
RESUME

Pour la première fois depuis des décennies, paramilitaires, FARC et narcotrafiquants ont déposé les armes et sont sur le point d'aboutir à un accord de paix. La guerre civile aura laissé derrière elle des milliers de morts et de disparus.
En politicien avisé, Saul Bagader a réussi à s'arroger une place de choix auprès des artisans de la paix. Mais des corps mutilés rappelant les pires heures de la Violencia sont retrouvés aux quatre coins du pays.
Lautaro Bagader, fils de Saul et ancien militaire désormais chef de la police de Bogota, ne sait sur qui porter ses soupçons : narcos, anciens Farc ou paramilitaires opposés au processus de paix ? Il doit impérativement faire cesser l'hécatombe au plus vite, avant que la presse ne s'en mêle, même si, pour cela, il doit ouvrir cette boîte de Pandore qu'est son histoire familiale.

Paz, de Caryl FEREY
Mon Avis

Comme à chaque fois, le nouveau Caryl Férey fait mouche ! Gros coup de cœur pour ce thriller sociétal d’une grande violence (autant prévenir) mais qui est le reflet d’une société colombienne viscéralement ancrée dans la barbarie.

Paz, de Caryl FEREY

Et oui, après de nombreuses escales, c’est en Colombie que Caryl Férey nous emmène cette fois. Un pays que je ne connais pas particulièrement et dont les premières images qui me viennent spontanément à l’esprit sont le café et le narco-trafic. Clairement ici, on ne va pas parler café !..

Paz, de Caryl FEREY

L’ambiance est posée d’entrée de jeu avec la découverte d’un cadavre retrouvé à la mode « coupé en vase à fleur »… je vous laisse découvrir...

Et comme à son habitude, l’auteur va mêler parfaitement une intrigue fictive avec une dissection méticuleuse (désolée pour le jeu de mot !) de la société colombienne. On va forcément y découvrir des personnages troubles à souhait et des familles complètement bouleversées par ce contexte de sempiternelle violence, qu’elles soient riches ou pauvres, avec bien entendu des situations aggravées pour les plus pauvres…

Il y a beaucoup de personnages dans cette histoire avec chacun des parcours de vie loin d’être un long fleuve tranquille. Le personnage principal, Lautaro, est loin de susciter une empathie immédiate tant son côté bourru, testostérone et froid agace. Pourtant, l’auteur parvient à nous le faire aimer, nous remettant un peu dans nos buts autour de jugements hâtifs et approximatifs. Les décennies de violence ont laissé des traces, mêmes chez les meilleurs. Ce sont des portraits aux contours incertains, aux blessures profondes, qui peinent à s’accomplir, encore plus à faire confiance…

L’inspiration puisée dans ses périodes d’immersion offre un réalisme et un crédit énorme à ce thriller. L’écriture de Caryl Férey est comme toujours très dynamique, incisive et percutante. On a bien du mal à décrocher pourtant les pauses sont parfois bienvenues… Aussi brutal que soit le récit, ça sonne juste car c’est parfaitement documenté et expliqué. Par contre, c’est sans concession, noir et sans espoir du début à la fin. Une bonne piqure de rappel pour être conscient de la chance que nous avons de vivre en France… 

Avec ce « Paz », je me demande si Caryl Férey n’a pas encore fait plus fort que son fabuleux « Zulu »… Si vous ne l’avez pas encore découvert (et si vous n’avez pas peur de lire trop glauque), allez-y, cet auteur est devenu incontournable.

Publié dans J'ai adoré !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article