Les anonymes, de R.J. ELLORY

Publié le par Livres Emois Livres et Vous

Les anonymes, de R.J. ELLORY
RESUME

Washington. Quatre meurtres aux modes opératoires identiques. La marque d'un serial killer de toute évidence. Une enquête presque classique donc pour l'inspecteur Miller. Jusqu'au moment où il découvre qu'une des victimes vivait sous une fausse identité. Qui était-elle réellement? Et ce qui semblait être une affaire banale va conduire Miller jusqu'aux secrets les mieux gardés du gouvernement américain ...

Les anonymes, de R.J. ELLORY
Mon Avis

Un auteur que je retrouve avec un immense plaisir tellement ses livres ont laissé une empreinte majeure dans mes souvenirs de lecture.
Comme d’habitude, l’écriture est maîtrisée à tous les niveaux ; parfaite pour dérouler un suspense, parfaite pour transcrire les émotions, parfaite pour nous acclimater à des univers complexes où la noirceur humaine règne en maîtresse…

Les anonymes, de R.J. ELLORY

La base de ce récit est une enquête sur un serial killer. Parallèlement aux chapitres dédiés aux enquêteurs, on suit celui qui est sans doute l’auteur des crimes. Il y expose son parcours familial puis professionnel, ses rencontres et tout ce qui l’a mené à ce qu’il est aujourd’hui. Les premiers chapitres sont vraiment très mystérieux et complexes, petit à petit la nébuleuse s’estompe et bascule vers des révélations sur un contexte géopolitique particulièrement révoltant.

Les anonymes, de R.J. ELLORY

Le sujet est déroutant et très inquiétant… les coulisses des services de renseignements sont dévoilés par un homme qui a contribué à la mise en œuvre et à la réussite de manipulations extrêmes, de mensonges d’état et de crimes organisés en toute légalité et impunité… Les remords ne le rendent pas moins coupable mais lui confère malgré tout une touche d’humanité salvatrice.
Un roman, qui selon moi, n’est pas le meilleur de l’auteur car j’ai eu du mal à rentrer dedans, la faute à un rythme mou dans le premier tiers pour mettre en place l’intrigue historico-politique. Plus tard, le rythme devient plus soutenu dès lors que la trame dénonciatrice apparaît. Une bonne lecture mais j’avoue que les romans noirs de l’auteur m’ont bien plus séduite que celui-ci.

Infos Auteur
Les anonymes, de R.J. ELLORY

R. J. ELLORY, de son nom complet Roger Jon Ellory, né le 20 juin 1965 à Birmingham, est un écrivain britannique, auteur de romans policiers et de thrillers.
Il habite dans une maison avec sa mère, son frère d'un an son ainé et sa grand-mère. Il n'a jamais connu son père et son grand père est mort noyé en 1957. À la suite d'une épidémie, sa mère meurt d’une pneumonie foudroyante à 28 ans alors qu'il a à peine 7 ans. C'est sa grand-mère qui va l'élever seule. Mais elle a une santé fragile, et finalement décide de le placer en orphelinat avec son frère. Il y reste jusqu'à l'âge de 16 ans.
Il étudie la musique, joue de la trompette, dans le registre classique aussi bien que dans celui du jazz. Il fait des études d’arts, et étudie notamment la photographie.
À 16 ans, il abandonne ses études et retourne dans la maison familiale de Birmingham. Sa grand-mère décède et il se retrouve seul, avec son frère, jusqu'à être incarcéré à 17 ans pour un vol de poules. Une fois sa peine purgée, il se lance dans la musique. Il devient un temps guitariste du groupe de rock "The Manta Rays", avant de se tourner vers la photographie.
Il commence à écrire en 1987. Entre 1987 et 1993, R.J. Ellory écrit pas moins de vingt-deux romans, chacun lui valant des refus éditoriaux des deux côtés de l'Atlantique. Il devra attendre 2003 pour que son roman, "Candlemoth", soit publié. Et depuis, chaque année il publie un nouveau livre.
R.J. Ellory est lauréat du prix Nouvel Obs/BibliObs du roman noir 2009 pour "Seul le silence" (A Quiet Belief in Angels, 2007).
Aujourd'hui il se consacre pleinement à son écriture et à la musique avec son groupe de blues, "The Whiskey Poets". Son œuvre, populaire et plébiscitée notamment en France, est fortement ancrée aux États-Unis malgré les origines britanniques d'Ellory.
En   2012, Jeremy Duns, auteur de romans d'espionnage, découvre que, sous le couvert de pseudonymes, R. J. Ellory écrit sur internet de fausses critiques, élogieuses pour ses propres romans et négatives pour ses concurrents. Lors de la révélation dans la presse par le Daily Telegraph, Ellory présente des excuses pour son comportement.
En avril 2013, la revue « Lire » révèle qu'Ellory est un membre actif de l'Église de Scientologie depuis 1986.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article