Le complot Romanov, de Steve BERRY

Publié le par Livres Emois Livres et Vous

Le complot Romanov, de Steve BERRY
RESUME

Mars 1917 : Nicolas II, tsar de toutes les Russies, abdique devant la révolution avant d'être arrêté par les bolcheviks, puis maintenu de longs mois en captivité. Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, il est conduit avec sa famille et ses proches dans les caves de la villa Ipatiev à Ekaterinbourg, dans l'Oural. Un peloton armé les attend et les exécute. Les 11 corps sont enterrés en toute hâte dans la forêt avoisinante. 
Moscou, de nos jours. Alors que la Russie traverse un véritable bouleversement politique, Miles Lord, avocat spécialiste de l'histoire russe, trouver de troublants documents : une étrange prophétie de Raspoutine, proche de la tsarine Alexandra, et un texte manuscrit attribué à Lénine dans lequel celui-ci se demande si tous les Romanov sont bien morts à Ekaterinbourg.
Ses certitudes quant à l'histoire "officielle" de la famille impériale sont remises en cause.
Devenu la cible d'une impitoyable chasse à l'homme, il ira au bout de son enquête pour élucider les nombreuses énigmes entourant la mort des Romanov.

La famille Romanov

La famille Romanov

Rasputin

Rasputin

Mon Avis

Un livre qui aurait dû m’enthousiasmer de par son sujet : les Romanov, malheureusement, beaucoup de défauts m’ont dérangé et ont bien failli me faire abandonner.
Dès le départ, c’est compliqué. Dans un premier 1/3, le récit s’enlise dans la temporalité présente. Les relations entre les personnages multiples sont confuses et assez alambiquées, leurs intérêts obscurs à l’image de cette commission chargée de remettre au pouvoir un descendant du tsar Nicolas II.

Le complot Romanov, de Steve BERRY

L’idée est séduisante et pourquoi pas, assez plausible mais les aventures rocambolesques des personnages pour parvenir à leurs fins discréditent tout le processus. Il faut vraiment le prendre avec beaucoup de légèreté, et sans avoir peur de voir tirer de grosses ficelles ! L’auteur use et abuse de situations improbables, qui prêtent plus à sourire qu’à trembler. On sourit devant la naïveté du héros (on est loin de l’ambiance thriller !) qui, jusqu’au bout, ne comprend pas d’où vient la trahison… quel manque de perspicacité dans la fonction qu’il occupe ! 
Et que dire de la love story que l’on voit grossièrement arriver ? Qu’elle manque singulièrement d’émotion et qu’elle est mièvre au possible.
Que dire aussi des appellations des personnages ? Encore un très mauvais choix de l’auteur car c’en est bien plus risible qu’effrayant. 
L’écriture n’est pas accrocheuse, certaines formulations sont même curieuses. On sent à la longue que du remplissage a été nécessaire, il y a en effet beaucoup de répétitions (historiques notamment) et des longueurs inutiles (l’histoire aurait largement pu être écourtée d’un 1/3).
Cette course poursuite à l’héritier se lit avec intérêt lorsque l’on replonge dans le passé, avec un sourire de désabus lorsque l’on revient au présent ; un déséquilibre qui dessert l’histoire et l’intrigue. Dommage, le fond historique est passionnant et l’idée était porteuse…

Infos Auteur
Le complot Romanov, de Steve BERRY

Né le 2 septembre 1955, Steve Berry est un avocat mais aussi un auteur américain de romans policiers/thrillers historiques. Il a étudié le droit à l'université de Mercer à Macon et c'est seulement en 1990 qu'il a commencé à écrire. En 2000 et 2001 il gagna le prix "Georgia State Bar fiction writing contest."
Son premier roman, "Le Musée perdu" ("The Amber Room" 2003), publié par l'éditeur "Ballantine" est un franc succès.
Depuis, il a écrit plusieurs thrillers qui sont devenus des best-sellers où se mêlent brillamment histoire, enquêtes policières, suspense avec une pointe d'ésotérisme.
Après « Le Troisième Secret », « L'Héritage Des Templiers » et « L’Énigme Alexandrie », « La Conspiration Du Temple » est son quatrième roman publié en France.
Marié et père d'une fille, Steve Berry vit actuellement dans le Comté de Camden, situé dans l'État de Géorgie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article