Lëd, de Caryl FEREY

Publié le par Livres Emois Livres et Vous

Lëd, de Caryl FEREY
RESUME

Norilsk est la ville de Sibérie la plus au nord et la plus polluée au monde. Dans cet univers dantesque où les aurores boréales se succèdent, les températures peuvent descendre sous les 60°C.
Au lendemain d'un ouragan arctique, le cadavre d'un éleveur de rennes émerge des décombres d'un toit d'immeuble, arraché par les éléments. Boris, flic flegmatique banni d'Irkoutsk, est chargé de l'affaire.
Dans cette prison à ciel ouvert, il découvre une jeunesse qui s'épuise à la mine, s'invente des échappatoires, s'évade et aime au mépris du danger. Parce qu'à Norilsk, où la corruption est partout, chacun se surveille.
Et la menace rôde tandis que Boris s'entête...

Lëd, de Caryl FEREY
Mon Avis

Chaque sortie de livre de Caryl Ferey est un événement, ses succès se confirment au fil du temps (en témoigne son classement régulier désormais dans les meilleurs ventes) et si celui-ci n’est (selon moi) pas son meilleur, c’est un très bon cru !
Cette fois, direction Norilsk en Sibérie, une destination qui peut rebuter, ce qui n’est pas mon cas, bien au contraire. 
Comme à son habitude, Cary Ferey nous offre une histoire basée sur une immersion personnelle dans ces lointaines et exotiques contrées. Il va y poser une intrigue, qui lui permettra avant tout de raconter les lieux et les personnes qui y vivent. Je dis « avant tout » car cette fois-ci, j’ai eu l’impression que l’intrigue était un prétexte pour faire un état des lieux méticuleux et dénoncer les dérives d’un système d’un autre temps, qui malheureusement continue de compromettre l’avenir de millions de citoyens russes.

Lëd, de Caryl FEREY

Caryl Ferey nous en apprend beaucoup par ses personnages sur les habitants et peuplades de Sibérie, il nous éclaire sur l’héritage du système soviétique, aujourd’hui lourd de conséquences. Tout est passé au crible : le désastre environnemental, sociétal, économique et bien entendu humain. C’est un contexte presque apocalyptique qu’il nous présente, une société gangrénée par l’exploitation humaine, la corruption, la spoliation, une société sans avenir, où la résignation domine tant le cerveau des populations est débordant de fatalisme. Rien ne leur donne la clé vers une échappatoire ou une vie un peu meilleure. Le contrôle de leurs vies est acté et accepté depuis un siècle.
Dans ce contexte, Caryl Ferey propose une galerie de personnages soignée qui ne nous laisse pas indifférents. Qu’ils soient oppresseurs ou oppressés, on sent qu’ils sont physiquement et psychologiquement atteints voire détruits par leur contexte de vie. Leur évolution se fait forcément dans un monde d’une grande violence ce qui, forcément, assombrit encore plus la noirceur ambiante.
J’ai trouvé que l’enquête était assez secondaire cette fois-ci, la partie explicative prend beaucoup de place et créé un petit déséquilibre selon moi. Les passages contextualisant l’histoire sont intéressants et instructifs mais parfois trop documentaires – comme l’impression de lire wikipedia, dont d’ailleurs, certains passages sont extraits.
C’est donc une lecture qui refroidit – normal vous me direz puisqu’on est en Sibérie ! Là-bas, nulle question autour d’un monde d’après, on persiste bien dans le monde d’avant. Le sacrifice d’un grand nombre importe peu aux yeux de certains.
Un ethno-polar bien glauque qui n’appelle guère à l’optimisme, il est intéressant à découvrir mais côté intrigue, je l’ai trouvé un peu moins passionnant que certains de ses précédents ouvrages. Sa grande force reste néanmoins cette envie de transmettre du savoir et de mettre en lumière les oppressions pour mieux les dénoncer. Toute prise de conscience est cruciale pour alarmer et pourquoi pas, amorcer des changements de cap. 

Infos Auteur
Lëd, de Caryl FEREY

Né le 1er juin 1967, Caryl Férey est un écrivain et un scénariste français.
Il a grandi en Bretagne après que sa famille se fut installée à Montfort-sur-Meu près de Rennes en 1974. Grand voyageur, il a parcouru l'Europe à moto, puis a fait un tour du monde à 20 ans. Il a notamment travaillé pour le Guide du Routard.
En 1994 paraît chez Balle d'Argent son premier roman "Avec un ange sur les yeux". Il sort la même année son premier polar, "Delicta Mortalia : péché mortel", puis quatre ans plus tard le très remarqué "Haka" (1998).
Il écrit aussi pour les enfants, pour des musiciens, le théâtre et la radio. Il se consacre aujourd'hui entièrement à la littérature.
Il a obtenu le Prix SNCF du polar 2006 pour "Utu" (2004) et le Grand prix de littérature policière 2008, le Prix Mystère de la critique 2009 et le prix Jean Amila au Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras 2009 pour "Zulu" (2008).
En 2013, "Zulu" est adapté au cinéma, réalisé par Jérôme Salle d'après le roman homonyme, avec Orlando Bloom et Forest Whitaker.
"Mapuche" (Série noire, 2012) obtient le Prix Landerneau Polar 2012 ainsi que le Prix Ténébris en 2013.
En 2015, il est le parrain de la 11e édition du salon Lire en Poche.
« Condor » est paru en mars 2016, « Plus jamais seul » est paru en février 2018, « Paz » en octobre 2019, « Lëd » en 2020 aux éditions Les Arènes.

Publié dans J'ai beaucoup aimé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article