La bête à sa mère, de David GOUDREAULT

Publié le par Livres Emois Livres et Vous

La bête à sa mère, de David GOUDREAULT
RESUME

Ma mère se suicidait souvent.
Ainsi commence la confession d'un jeune adulte qui ne se remet pas de la séparation d'avec sa mère, survenue en bas âge. Ses propos vibrent d'une rage contre ceux qui la lui ont arrachée. Sa mère, devient sa véritable obsession, il pense l'avoir enfin localisée à Sherbrooke. Mais saura-t-il se faire accepter par celle qu’il a tant idéalisée ?

Mon Avis

Mais quelle lecture déjantée !!! Une imagination assez folle, une verve incroyable et au bout du compte, un personnage complètement barré !
Que dire de ce livre ? Que l’on se sent un peu bête d’être aussi captivé par la vie d’un tel paumé… Car il est détestable à souhait ce mec. Entre paranoïa et mythomanie, il nous dévoile un éventail extra large de tout ce qui peut exister comme défauts : toxico, obsédé sexuel, fainéant, voleur, alcoolique, tueur d’animaux… et encore, la liste n’est pas exhaustive !
Pour sublimer autant de noirceur, rien de telle que la plume de David Goudreault. Elle est juste décapante, jubilatoire et incroyablement savoureuse. On rit aux éclats, on s’apitoie (pas sur le gars bien sûr, mais sur ses victimes), on peste, on s’agace avec dégoût tellement il est pourri jusqu’à la moelle.
Mais quelle est donc l’histoire ? Le fil du récit est en fait, la quête de ce gars pour retrouver sa mère dont il a été séparé très jeune. Sur le sujet, la toute première phrase du livre est éloquente : « ma mère se suicidait souvent… ».
Derrière ce portrait, il y a une vraie critique sociale qui nous met mal à l’aise. Car, ce zozo (que l’on ne voudrait surtout pas rencontrer !) a beaucoup de justesse et une forme de cohérence dans ses réflexions. Plus c’est gros, plus ça passe crème… « c’est documenté ! ».
Son individualisme, voire son narcissisme, le pose en personnage d’exception, unique et totalement marginal ! Imbu de sa petite personne, de ses connaissances (plus qu’approximatives !), il se lance dans des objectifs aussi impensables qu’ils seront foireux ! C’est désopilant, consternant souvent, mais qu’est-ce qu’on rit !
Clairement, ce n’est pas un livre qui plaira à tout le monde, il vaut mieux le prendre au quarante-douzième degré et se laisser porter par les bons mots de l’auteur. Un très bon moment de lecture en ce qui me concerne…

Info Auteur
La bête à sa mère, de David GOUDREAULT

Né le 25 Août 1980 à Trois-Rivières, David Goudreault est slameur, chroniqueur, romancier, poète, dramaturge et performeur québécois. Il organise et anime des ateliers de création littéraire au Québec, notamment au Nunavik, ainsi qu’en France.

À Paris, en 2011, il est le premier québécois à remporter la Coupe du monde de Slam poésie. La même année, il reçoit la Médaille de l’Assemblée nationale du Québec pour son implication sociale et ses réalisations.

En 2012, il cesse les compétitions sur les scènes de slam de poésie pour se consacrer à l'écriture. Il rassemble ses meilleurs textes clamés durant la période 2008-2011 et publie un recueil en France intitulé Mines à vacarmes aux éditions Universlam.

Il fait paraître son 2e recueil de poésie, "S'édenter la chienne", à l'automne 2014, finaliste au Prix COPO-Comité Poétique de France.

En 2015, il publie, aux Éditions Stanké, son premier roman intitulé "La Bête à sa mère".

Son quatrième recueil de poésie, "Testament de naissance," publié aux Écrits des Forges à l'automne 2016 est une réflexion sur la parentalité et le rôle de père.

"Ta mort à moi" (2020) est présélectionné au Prix France-Québec 2020. Très attendu, ce roman reçoit un très bon accueil des lecteurs et des critiques.

Depuis septembre 2016, il signe une chronique hebdomadaire dans les quotidiens du Groupe Capitales Médias (Le Soleil, La Tribune, Le Nouvelliste, Le Quotidien, La Voix de l'Est et Le Droit). Il est aussi un chroniqueur régulier à la chaîne de radio ICI Radio-Canada Première.

Publié dans J'ai beaucoup aimé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article