Le sourire du scorpion, de Patrice GAIN

Publié le par Livres Emois Livres et Vous

Le sourire du scorpion, de Patrice GAIN
RESUME

C'est décidé, Tom, Luna et leurs parents descendront le canyon de la Tara en raft. Une belle étape de plus dans leur vie nomade. Pourtant, malgré les paysages monténégrins époustouflants, la complicité familiale et la présence rassurante de Goran, leur guide serbe, la tension envahit peu à peu le canyon et le drame frappe, sans appel.
Du haut de ses 15 ans, Tom prend de plein fouet la violence du deuil et de la solitude. Dans l'errance qu'engendre le délitement de sa famille, il découvre la grande douleur, celle qui fissure les barrières et ouvre les portes à ceux qui savent s'engouffrer dans la détresse d'autrui. Mais, en dépit du chaos, Tom ne peut s'empêcher de retracer les événements et le doute s'immisce : ne sont-ils pas les victimes d'une Histoire bien plus grande que la leur?

 

Mon Avis

Dans la sélection de Mars pour le Prix des Lecteurs Livre de Poche, il y avait ce livre d’un auteur totalement inconnu en ce qui me concerne. 
Très vite, j’ai compris que ce récit ne se situerait pas dans le registre du polar ou du thriller. Roman noir serait plutôt mieux adapté pour le qualifier.
Le contexte de cette escapade familiale dans la nature était plutôt attractif mais j’ai rapidement ressenti pas mal d’ennui à lire les péripéties de cette descente en rafting au Montenégro. Les accumulations descriptives lassent et invitent à une lecture en diagonale. 

Le sourire du scorpion, de Patrice GAIN

Passé cette première partie dans laquelle la tension vers un drame imminent ne cesse de monter, c’est une seconde partie plus orientée sur les conséquences du drame, ses répercussions, l’explosion de la cellule familiale, la perte de repère, la fuite… des thèmes intéressants sont abordés : le deuil, la manipulation, l’abus de faiblesse. On prend ainsi conscience du côté marginal de cette famille, plutôt nomade, qui vit au fil des saisons et du travail des parents. Une vision d’où ressort un sentiment mitigé… Comme l’impression qu’à travers son narrateur (un ado de 15 ans), l’auteur nous propose une image de plus en plus fréquente dans la littérature et ailleurs, selon laquelle l’ouverture est forcément plus importante dans un mode de vie nomade et que le repli et le conformisme sont typiques du mode de vie sédentaire. 

Le sourire du scorpion, de Patrice GAIN

Au-delà de cet aspect un peu gênant, le récit passe par beaucoup trop d’éléments peu crédibles. Le comportement de la mère en tout premier lieu, le discours du narrateur totalement inconcevable dans la bouche d’un ado de 15 ans, le personnage de Goran qui multiplie les vices mais qui est curieusement peu exploité… pas plus crédible non plus le destin de la sœur. Trop, c’est trop !
Je n’ai pas accroché à cette histoire du tout, ce court roman m’a paru d’une longueur extrême mais je lis de-çi de-là que ce livre n’est pas forcément le meilleur de l’auteur et que son « Terres Fauves » vaut vraiment le détour. Alors, j'y reviendrai...

Info Auteur
Le sourire du scorpion, de Patrice GAIN

Né en 1961 à Nantes, Patrice Gain est ingénieur en environnement et professionnel de la montagne.
Il est l’auteur de quatre romans publiés aux éditions Le mot et le reste : "La Naufragée du Lac des dents blanches" (prix du pays du Mont-Blanc 2017, prix Récit de l’Ailleurs 2018), "Denali" (Prix Lire Élire Nord Flandre 2018), "Terres Fauves" (Prix du Festival du Polar de Villeneuve-lez-Avignon 2019) et, plus récemment, "Le Sourire du scorpion".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article