Celle qui criait au loup, de Delphine SAADA

Publié le par Livres Emois Livres et Vous

Celle qui criait au loup, de Delphine SAADA
RESUME

Albane est une infirmière modèle, respectée et appréciée de ses collègues, qui pourtant ne savent rien d’elle. Après des journées éreintantes dans son service, elle s’occupe de ses deux enfants jusqu’au retour de leur père. Elle le fait parce qu’il le faut, sans plaisir. Depuis peu, quelque chose la déstabilise et la dérange chez sa fille de six ans. Albane développe un comportement inquiétant envers Emma, au point d’alerter son mari qui ne lui laisse pas le choix…

Mon Avis

Avec cette couverture rose bonbon, on aurait pu s’attendre à une comédie doucettement acidulée mais oubliez de suite, ce sont les sombres abîmes d’une personnalité dysfonctionnelle qui seront le sujet de ce roman bouleversant.

Albane est le personnage principal de cette histoire. Infirmière modèle mais peu sociable et extrêmement stricte voire rigoriste, elle s’impose une organisation millimétrée qui semble la rassurer et lui donner le sentiment de contrôle sur sa vie. Pour elle, aucune place à la spontanéité, à l’imprévu, au retard, aux invitations impromptues… elle veut être seule, elle aime cette solitude et se complait dedans. Au fil du temps, ce qui était perçu comme une force devient un questionnement, que ce soit dans son entourage professionnel ou au cœur de son noyau familial. Car cette froideur au travail, cette indifférence à la maison interpellent et laissent transparaître une personnalité dysfonctionnelle qui commence à faire peur.
Le hasard a fait que j’ai démarré cette lecture le 28 mars dernier... c’est justement un 28 mars (2016) que débute cette histoire et elle se termine le 29. Mais entre le début et la fin, le roman va cheminer sur les 2 années précédant cette période et nous faire assister à l’effondrement d’Albane. Le symptôme de cet effondrement va être le rejet de plus en plus marqué qu’Albane manifeste vis-à-vis de sa petite fille de 7 ans. Entre désintérêt et négligence, les signaux d’alarme sont de plus en plus perceptibles, donnant au roman une tonalité de pression et de suspense qui nous oppresse. Contrainte par son mari de se soumettre à une thérapie, Albanne va devoir se livrer à un combat intérieur déchirant. Sans aller trop loin pour ne rien dévoiler du pourquoi et de l’issue, je dirais que ce livre est d’une fulgurance incroyable, bousculant et clairement troublant car nous ne sommes pas forcément habitués à nous s’attacher à un personnage aussi austère et glaçant. Autant on la déteste parfois, autant elle suscite de l’empathie. 
La fibre maternelle, la famille, le travail, les souvenirs, les thématiques abordées ici sont nombreuses… Habilement construit, le roman fait rapidement émerger un malaise profond qui fera qu’on le lit à la fois comme un thriller et comme un roman psychologique. Un premier roman de l’auteure qui est un véritable uppercut. A découvrir absolument !

Info Auteur

Delphine Saada, 43 ans, vit à Paris où elle travaille dans le milieu médical. Celle qui criait au loup est son premier roman.

Publié dans J'ai adoré !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Bravo ! tu as piqué ma curiosité et je l'ai réservé à la médiathèque. Une lecture très différente du dernier Nicolas Mathieu ;-) Bon week-end
Répondre